Les tournants, les moments décisifs de ta vie

Il y a plusieurs décisions dans la vie qui sont importantes, mais certaines sont vitales et représentent un vrai tournant dans ton existence. ( La “Tache” est un peu plus long aujourd’hui) 

Ta naissance était un tournant important dans ta vie. Jusque-là, la vie était belle. Tu étais un petit parasite dans le ventre de ta mère. Tu mangeais beaucoup, tu faisais du footing chaque jour (avec un peu de karaté de temps en temps) et tu dormais beaucoup—enfin, c’est la vie d’un ado aujourd’hui, n’est-ce pas ? Pour les ados il faut ajouter les jeux vidéo, mais c’est quasi la même chose, surtout en été. 

La différence est qu’un jour ta mère a dit : « Ca y’est ! Dehors ! » Et voilà le premier moment décisif de ta vie.

Tu t’es retrouvé dans un monde plein de lumière, froid, avec un drôle d’homme qui t’a suspendu tête en bas et t’a frappé sur les fesses. Tu as crié à pleins poumons.  Depuis ce moment-là ta vie a dégringolé. 

Il faut dire que tu n’avais pas grand-chose à dire concernant le déroulement de tout cela, mais depuis tu t’es trouvé en face de plusieurs décisions importantes dans la vie. Et cette fois-ci, tu as dû choisir. Parfois la direction de ta vie dépend de tes choix !

Qu’est-ce que tu vas devenir dans la vie ? Faire des études ou non ? Avec qui me marierai-je ? Où vais-je vivre ?

Certains disent que tout est déjà décidé et ce que tu choisi est déjà décidé. Je ne suis pas si convaincu. Et s’il y a dix vies différentes qui se présentent devant toi ? 

Je crois que j’aurais aimé être entraîneur de sport. Quand ma vie a pris un tournant majeur, je me préparais à être journaliste. Mais, il y avait une voix en moi qui disait autre chose. Quand j’imaginais le futur, je me voyais comme pasteur.

J’ai choisi d’obéir à cette voix intérieure.  Continue reading “Les tournants, les moments décisifs de ta vie”

Battu par une banane

L’autre jour, j’ai décidé de décorer un peu mon bureau. Donc, quand j’ai quitté la maison, j’ai fourré dans un sac deux chevaliers miniatures que j’avais achetés quelque part – en Allemagne, je crois – avec mes collations du matin et de l’après-midi : une banane et une pomme.

Plus tard, quand j’ai sorti l’ensemble du sac, la lance de mon chevalier à cheval était toute tordue. « Tu ne vaux pas grand-chose comme chevalier, » ai-je pensé, « si tu ne peux même pas vaincre une banane. » Bon, d’accord, il s’agissait d’une grosse banane.

Cela m’a fait pensé à moi (et à toi), en certaines occasions. Je dis beaucoup de choses lors des réunions. Je vais dans le camp de l’ennemi et je reprends ce qu’il m’a volé. Toi et moi, nous soutenons le prédicateur avec nos « amens ! » pleins d’enthousiasme, quand il parle de la victoire acquise à la croix et de la résurrection de Jésus.

(Une petite remarque de la part d’un prédicateur vétéran, si tu veux que le pasteur se taise, ne dit pas « amen » avec trop d’enthousiasme. Comme quelqu’un l’a fait remarquer, c’est un peu comme si on lui disait : « Vas-y ! Attaque ! Tu les auras ! »)

Bananes desagreables

Mais nombre d’entre nous, qui disons beaucoup de choses et faisons des proclamations retentissantes le dimanche matin, sont tout déformés et pliés le lundi par des bananes désagréables et le mardi par des pommes à la tête dure. Il n’en faut pas beaucoup pour nous faire oublier nos triomphes du dimanche, pas vrai ?

« Si tu cours avec des piétons et qu’ils te fatiguent, Comment pourras-tu lutter avec des chevaux ? Et si tu ne te crois en sûreté que dans une contrée paisible, Que feras-tu sur les rives orgueilleuses du Jourdain ? » (Jérémie 12:5). Continue reading “Battu par une banane”

Sourire

cup1

Des excuses pour ne pas manger

Quand ma belle-fille remarqua que sa fille de deux ans ne mangeait pas sa nourriture, elle demanda : « Keri, pourquoi ne manges -tu pas ? » La petite répondit : « Je ne peux pas manger; Dieu m’a dit de ne pas le faire. » Sa mère dit : « Dieu ne te dirait pas de ne pas manger ton dîner. » La petite regarda le plafond puis dit : « Eh, bien. C’était peut-être Moïse. »
(—Esther F. Schmidt, Christian Reader, “Lite Fare.”)

Pitié pour les mourants ?

Un vieux  se mourait. Il était juste au point de rendre l’esprit quand il sentit l’odeur des cookies aux pépites de chocolat. Il aimait ses cookies plus que toutes autres choses au monde.

Il s’est repris et avec ses dernières forces, il est sorti de son lit et par un effort incroyable, il est descendu les escaliers pour arriver à la cuisine. Voilà, sa femme qui préparait les petits gâteaux.

Il a étendu sa main pour en prendre un mais sa femme l’a tapé : « Ne mange  pas ceux-là. Ils sont pour les visiteurs qui passent après l’enterrement ! »
—(Source inconnue mais il est apparu sur le site web de Prairie Home Companion de la part de Tamara Norden)

Ne veut-elle pas la vie éternelle ?

Des étudiants qui se préparaient pour le ministère évangélisaient en faisant du porte à porte dans la campagne.

Par une chaude journée d’été, ils se sont arrêtés devant  une ferme où criaient plein d’enfants et où aboyaient des chiens.

Quand ils frappèrent  à la porte, la mère très fatiguée,  répondit. Repoussant les cheveux de ses yeux, elle leur demanda ce qu’ils voulaient.

« Nous aimerions vous dire comment obtenir la vie éternelle » dit un étudiant.

Elle réfléchit  un moment puis dit : « Non merci. Je ne crois pas que je pourrais  la supporter. »

(Church Laughs Newsletter —Derric Johnson, Easy Doesn’t Do It, (Y.E.S.S. Press, 1991), p. 217)

La fête de athées ?

Un athée s’est plaint à un ami chrétien : « Vous, les chrétiens, vous avez vos jours de fête comme Noël et Pâques. Les Juifs fêtent Yom Kippour et d’autres. Mais nous, les athées, nous n’avons pas de fêtes reconnues. C’est injuste. C’est de la discrimination.

Son ami répliqua: “Pourquoi  ne fêtez-vous  pas le premier d’avril ?”
(www.aleloo.com)

Continue reading “Sourire”

Un champion cycliste conquit par une autre passion

velo

Mario Naccarato

Que peut motiver un champion cycliste de tout quitter pour prendre toute une autre direction dans la vie ? Mario Naccarato sait bien la réponse.

« J’ai grandi dans un foyer  passionné de sport, mon père était coureur cycliste, et dès l’âge de 8 ans, il m’a transmis cette passion » Mario dit. « Le vélo est devenu  ma passion, ma raison de vivre. Ce sport prenait la première place dans mon existence. »

« A l’âge de 15 ans, je me suis lancé le défi de réussir dans cette discipline, et donc je me suis  inscrit dans un club pour participer à des compétitions. Chaque jour je m’entraînais, avec cette rage de vaincre parce que je voulais devenir un champion cycliste. »

Et la réussite était à la rencontre. « Dans les années 1980, j’ai gagné de nombreuses courses cyclistes. Puis, en 1986, j’ai remporté le titre de champion de Lorraine et me suis dirigé vers une carrière professionnelle. »

Une rencontre inattendue

Dans cette période de gloire et de succès sportif, il a fait une rencontre qui secouait  toute sa vie.

« Dieu m’avait fixé un rendez-vous : c’était le 19 Janvier 1989. Ce soir-là, j’ai écouté le message de l’évangile apporté par le Pasteur Guy Bergamini  et mon cœur  fut touché par la  Parole de Dieu  et en particulier par ce verset :  Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? Ou, que donnerait un homme en échange de son âme?  (La Bible) Continue reading “Un champion cycliste conquit par une autre passion”

Et quand Dieu dit oui…

Comment Dieu a entendu la prière, et même avant la naissance de l’enfant. Il dit : « Oui ! »

Rebecca Dernelle Fischer

Sur mon bureau trône le faire-part de naissance de Sören, né le 21 novembre 2011. Sur le faire-part, il y a quelques photos, un dicton et un verset. « Garde ton coeur plus que toute autre chose car de lui vienne les sources de la vie (Proverbes 4 :23)». C’est un verset qui prend tout son sens quand on connait l’histoire de ce bébé. Laissez-moi vous raconter ce qui se passe quand Dieu dit “oui.”

C’est au milieu de l’été, que Christophe et moi apprenions que la grossesse de Heike ne se passait pas normalement. Dans le doute, son gynécologue l’envoya chez un cardiologue à l’hôpital universitaire de Fribourg afin de faire une échographie approfondie du coeur du bébé.

Heike et Tobias sont un jeune couple de notre église. S’étant trouvés l’un l’autre sur le tard, leur premier enfant fut attendu alors qu’ils approchaient tous les deux la quarantaine. Et cette nouvelle grossesse se déclara comme un véritable cadeau. D’ailleurs, lorsque Heike m’annonça sa grossesse, elle me dit fièrement : « et j’ai prié Dieu que cette grossesse se passe bien et que la naissance soit naturelle ».

Et pourtant quelques semaines plus tard, nous voici face à face, nous sommes le 14 août, c’est notre culte en plein air annuel, nous célébrons plusieurs baptêmes. Je vois le désarroi dans les yeux de Heike. Demain elle passera son échographie. Elle a peur. Je prie avec elle, je n’ai pas beaucoup de mots. Je lui répète « Et même si le bébé a un problème de coeur, les médecins le prendront en charge tout de suite. Dieu ne te laissera pas tomber. » Continue reading “Et quand Dieu dit oui…”

Il vaut mieux sourire

Trois anecdotes pour mettre un sourire à vos levres

Trou de mémoire fatal

Man Scratching Head --- Image by © Royalty-Free/CorbisSelon l’histoire le vieux pasteur commençait à perdre la mémoire, ce qui entraînait des situations gênantes. Le nombre des gens dans l’assistance à son église diminuait par conséquent, alors le pasteur décida d’agir.

Il avait entendu dire qu’il y avait un jeune pasteur, pas loin de chez eux qui avait beaucoup de succès, alors il décida d’ aller voir ce qui marchait si bien.

Le jeune pasteur raconta au cours de son message : « Quelques unes des meilleures années de ma vie ont été passées dans les bras d’une femme qui n’est pas mon épouse ». Tout le monde fut choqué jusqu’à ce que le jeune pasteur rajouta : « C’était ma maman ! »

L’assistance a bien ri de la blague et le vieux croyait qu’il allait l’essayer lui-même. Alors, le dimanche suivant il dit dans son message : « Quelques unes des meilleures années de ma vie ont
été passées dans les bras d’une femme qui n’est pas mon épouse ». Grande pause et le pasteur hésitait et hésitait encore. Finalement il dit : “Et…et …et … je ne me souviens plus de son nom ! »

Une fessée au lieu de bapteme ? Continue reading “Il vaut mieux sourire”

Ca va mal en France (Pot-Pourri…)

Teenage girl thinking using computerScott Hancock – Fotolia

C’est vrai. Nous avons de grands problèmes.

Notre population est de 65 millions d’habitants, mais la moitié sont retraités. On n’a que 33 millions pour faire le travail.

Dix-huit millions sont à l’école. Il ne reste que 15 millions pour faire le travail. De ces 15 millions, 10 millions travaillent pour le gouvernement national, alors il ne reste que cinq millions pour faire le travail.

Un demi-million est militaire, alors il ne reste que quatre millions et demi pour faire le travail.

De ce nombre trois millions et demi travaillent pour les gouvernements régionaux et locaux, ce qui laisse un million pour faire le travail.

A un moment donné il y a 700,000 personnes dans les hôpitaux et 298,998 en prison.

Il ne reste que deux personnes pour faire le travail–toi et moi.

Et te voilà, en train de lire des blagues !

(Internet. Note : les chiffres sont approximatifs … et inventés)

Vendre Le Fils pour 25 centimes ?

Il y a plusieurs années de cela, un homme est arrivé dans une ville pour oeuvrer comme pasteur d’une des assemblées.

Quelques semaines plus tard il prit l’autobus près de chez lui pour aller au centre-ville. En s’asseyant, il se rendit compte que le conducteur lui avait rendu vingt cinq centimes de trop en monnaie. Il se demanda ce qu’il allait faire. Continue reading “Ca va mal en France (Pot-Pourri…)”

Le kamikaze se détend

David Porter

C’est toi la main de Dieu qui touche des blessés. C’est toi sa voix qui murmure sa compassion.

Dans le temps, j’étais un peu kamikaze pour certaines choses. Les enterrements par exemple. Je ne les aimais pas et je proclamais : « Quand je mourrai, mettez moi tout simplement dans une boîte et enterrez-moi. Je serai avec le Seigneur, alors ça m’est égal. »

Je voulais que personne, par exemple, me voyant dans mon cercueil ne dise : « Il a l’air tout naturel, tu ne crois pas ? » Si vous avez l’air naturel quand vous êtes mort vous étiez assez laid quand vous étiez vivant.
Les enterrements sont souvent de lourdes expériences émotionnelles et je ne voyais pas une raison pour soumettre ma famille à cela.

Heureusement pour les pompes funèbres, j’ai changé d’avis. J’ai enfin réalisé que les services d’inhumation ne sont pas pour les morts. Ils sont pour les vivants. Et bien que je ne sois pas très à l’aise avec leurs puissantes démonstrations d’émotion, je sais maintenant au moins pourquoi nous le faisons. Continue reading “Le kamikaze se détend”