Une visite avec Luc Dumont

Interview mené par Steven Arnold pour Victoire magazine

Né à Montréal au Canada, Luc est auteur de nombreux chants répartis dans une dizaine de disques; il est également conférencier et auteur de 3 livres. Son objectif est d’ammener chaque croyant à expérimenter la présence de Dieu à travers la louange et à vivre à fond le rêve de Dieu.

lucdumont.com
lucdumont.com

Quel est votre parcours ces dernières années ?

Je sillonne les églises de la francophonie en passant par le Canada, l’Europe, les Antilles, la Calédonie, la Polynésie, l’Océan Indien. Nous avons une grande famille en Jésus !

Votre ministère c’est de prêcher ou chanter ou un mélange des deux ?

C’est vraiment un amalgame des deux. J’accompagne ma prédication par la musique et j’appuie ma musique par la prédication.

Vous êtes né dans quel pays? Avez-vous grandi dans une famille chrétienne ?

Je suis né au Canada, plus particulièrement à Montréal au Québec, le dernier bastion francophone d’Amérique du Nord. Je suis le premier converti de ma famille, ensuite ma soeur et mes parents sont venus à la connaissance du Seigneur.

Racontez-nous votre première expérience avec le Seigneur ?

Le 5 octobre 1985, lors d’une soirée d’évangélisation avec David Wilkerson, des amis chrétiens m’ont invité à venir assister à un rassemblement de croyants dans un grand stade. Ce soir là, j’ai expérimenté un rendez-vous divin avec Jésus et ma vie n’a plus jamais été la même. J’avais 16 ans et de longs cheveux blonds!

Enfant, vous rêviez de devenir … ?

À 8 ans, je rêvais de devenir écrivain-aventurier et de voyager à travers le monde. Je passais mes étés à lire dans ma chambre. Un jour ma mère m’a acheté une machine à dactylographier. J’ai commencé à écrire des histoires, des nouvelles et je n’ai jamais cessé d’écrire depuis.

Avez-vous vécu une expérience particulière dans votre jeunesse que vous aimeriez partager avec nous ?

À l’âge de 7 ans, j’ai failli mourir dans un tunnel de neige qui s’est effondré sur moi. J’avoue que pour la première fois de ma jeune vie, j’ai pensé à l’éternité. La Bible affirme que Dieu a déposé dans le coeur de l’homme la pensée de l’éternité. Même enfant, nous avons des questions sur la vie après la vie. Cet événement m’a marqué.

Vous avez oeuvré auprès des jeunes pendant plusieurs années. Quelles sont les leçons que vous avez retenues ?

Il faut investir dans le ministère de la jeunesse. Une église qui n’a pas de jeunes est une église en danger. Il faut offrir le meilleur de nous-mêmes et les jeunes vont embrasser notre vision. Nous devons être authentique et aimer sincèrement nos jeunes.

La musique fait partie de votre vie quotidienne. Expliquez-nous pourquoi.

J’ai toujours aimé la musique. J’ai appris la guitare à 17 ans. Vous savez, la musique est un instrument de communication extrêmement puissant et un moyen d’adoration unique.

Vous avez fait combien d’albums à ce jour et comment décrivez-vous votre musique?

J’aime beaucoup les chants de louange et le son british, très axé sur les guitares et les mélodies. J’ai fait 11 albums, et mon dernier CD (Je peux tout) a été enregistré ‘live’ au Québec cette année.

Parlez-nous de vos livres.

J’écris pour inspirer et encourager les chrétiens à vivre à fond pour Dieu, à découvrir leur place dans le royaume de Dieu et à se dépasser. Devenir ce que Dieu veut que nous soyons. Mes livres sont faits pour ceux qui n’aiment pas lire ! Ils sont brefs et pratiques. J’ai écrit “Au-delà de vos limites” pour les jeunes adultes. “Réveillez le héros en vous” est né dans une étude biblique que je donnais à Nouvelle Vie. Ensuite “Un rendez-vous divin, l’histoire d’hommes et de femmes du Nouveau-Testament qui ont vu Jésus face à face.”

J’ai écrit “Vivre ses rêves ou rêver sa vie” pour le monde séculier (milieu des affaires et universitaires). C’est un outil très différent d’évangélisation. Et puis, “Les leçons du sommet”, relate un peu mon ascension du Mont-Blanc en 2007 et les parallèles que j’y fait avec les obstacles (montagnes) de la vie.

Si vous aviez un message à dire aux jeunes chrétiens d’aujourd’hui, quel serait-il ?

Que Dieu soit toujours le centre de votre vie. Ça vaut vraiment la peine de vivre pour le Seigneur. Vivez à fond les rêves que Dieu dépose dans votre coeur, ne placez aucune limite à votre vie et lancez-vous à fond dans l’aventure de la foi. Dieu s’occupe de tout.

Vous êtes marié ?

J’ai une merveilleuse épouse qui s’appelle Marie-Josée avec qui je partage ma vie. Elle est en charge de notre maison de disque et s’occupe de tous les détails de tournées et de production. Nous nous complémentons.

Avez-vous une requête de prière spéciale que nos lecteurs peuvent diriger vers le Seigneur ?

Que le Seigneur continue à me faire marcher sur les eaux. Je prie toujours que mes chants et mon message rapprochent et inspirent le plus de gens possible. Que Dieu m’ ouvre des portes vers des endroits où je ne suis jamais allé, qu’Il m’inspire toujours plus à la création de nouveaux chants et de nouveaux livres.

Venez le visiter à www.lucdumont.com et www.exploronline.com

One Reply to “Une visite avec Luc Dumont”

  1. La science et la rliogein ne font pas bon me9nage, dieu sait si les cre9ationistes entendent cet argument.L’existence de dieu est une question philosophique, meame si la science e9claircit au fur et e0 mesure de l’Histoire les hommes, en expliquant scientifiquement les phe9nome8nes naturels ( l’orage, les e9clipses, les aurores bore9ales…).Il y a des domaines pour lesquels la science n’apportera aucune re9ponse ! ( le sens de la vie, la mort, …la psychanalyse… 😉 …)On ne peut e9tablir une seule e9chelle de valeurs, ni une seule de9marche ou approche ste9re9otype9e pour appre9cier le monde qui nous entoure, les hommes, leurs interactions.La science a “chasse9” dieu dans l’infiniment lointain,l’infiniment petit.Les acce9le9rateurs de particules auront beau faire apparaitre des e9le9ments de plus en plus petits, dieu se cachera toujours derrie8re le dernier morceau de quark qui apparaitra.Vouloir prouver l’existence de dieu sera comme faire e9ternellement un pas un avant puis un demi pas en avant puis un demi-demi pas en avant etc… il restera toujours une distance infime e0 parcourir avant d’atteindre son but…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *