Quelle est cette odeur ? Toi ? Moi ? Les deux ?


Dieu a béni mon fils Steve avec des amis qui sont devenus comme un second papa et une seconde maman, quand il était à l’université. Tom et Georgia étaient une réponse à nos prières, pour Phyllis et moi, alors que je travaillais loin, au Luxembourg.

Georgia nous a raconté plus tard qu’un jour, au moment de partir à l’école, Steve lui avait demandé de regarder un peu dans sa chambre. Il l’avait nettoyée, mais il y a avait toujours une drôle d’odeur dont il n’arrivait pas à trouver la source. (C’est peut-être la raison qui l’avait enfin poussé à la nettoyer).

Elle y est allée et a reniflé partout. Là, dans un sac dans l’armoire, se trouvait un sandwich au thon d’un âge indéterminé. D’après l’odeur, il était là depuis un moment. D’après les poils verdâtres, également (c’est peut-être un peu exagéré. Je ne sais pas s’il avait des poils verdâtres ou pas.)

N’as-tu jamais fourré quelque chose dans un coin du salon en te promettant que, plus tard, tu t’en occuperais/le réparerais/le rangerais/le vendrais/ le garderais pour la mère de ton mari, etc. Au début, tu le vois à chaque fois que tu entres dans la pièce.

Ça fait maintenant six mois que tu ne l’as plus vu. Pourtant, il est toujours là. Simplement, tu ne le remarques plus.

Tu as besoin que quelqu’un d’autre te le montre pour le remarquer. Ou du nez de quelqu’un d’autre pour le sentir.

Permettrais-tu au Seigneur de renifler un peu partout dans ta vie ?

L’autre matin, alors que j’étais en train de prier, j’ai donné au Seigneur les clés des pièces intérieures de ma vie et je Lui ai demandé d’y aller et de voir s’Il pouvait les inspecter. Je « sens » quelques petites choses à mon sujet qui sont déplaisantes. J’aimerais aérer les pièces, mais d’abord je dois me débarrasser de ce qui sent mauvais.

Ça fait un peu peur de donner les clés au Seigneur, parce que j’ai peur d’être attaché à ce qui sent mauvais. Je ne veux peut-être pas de l’odeur, mais il est possible que je souhaite garder ce qui sent mauvais. Tu vois ce que je veux dire ? Si j’arrive à le trouver, je préfère peut-être verser dessus  une bouteille d’après-rasage Brut. Ce serait moins douloureux que de changer.

« Seigneur, tu regardes jusqu’au fond de mon cœur, et tu sais tout de moi: tu sais si je m’assieds ou si je me lève; longtemps d’avance, tu connais mes pensées » (Psaumes 139:1-2, BFC)

Si tu souhaites réellement changer, tu dois Lui donner les clés et Le laisser aller dans les parties les plus profondes de ton être et regarder partout. Son nez est irréprochable et Il va trouver la source du problème (qui n’est pas toujours ce que tu penses, d’ailleurs). Bien plus, Il va t’aider à t’en débarrasser.

Tu pourrais prier ainsi : « Seigneur Jésus, je souffre à cause de quelque chose en moi. J’en vois les résultats et ça ne sent pas bon. S’il-te-plaît, va au plus profond de moi et change-moi. Pardonne-moi et vis au centre de qui je suis. Que ce soit « la personne que Tu es » qui détermine comment je vis. Je prie dans le nom de Jésus. »

Donne-Lui les clés.

Hmmm …

« La vérité est si obscure en ces temps, et le mensonge si bien établi que, à moins d’aimer la vérité, nous ne pouvons pas la connaître. »

― Blaise Pascal

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *