Boze le Rottweiler merveilleux

 

Vous allez sûrement penser que ces articles, ca devient du
n’importe quoi, mais cette semaine, j’aimerais vous encourager à être comme le Rottweiler de mon frère.

C’est le seul chien que je connaisse qui porte trois noms. Mon frère
Charlie l’appelait ” Bozo “, ou ” Boze “. Ma belle-soeur l’appelait ” Lazy ”
(= paresseux). Quand le premier petit fils est né, il avait du mal à dire
” Boze “, alors notre héros canin est devenu “Bubba “.

Son ancien maître, de toute évidence, ne voulait plus de lui et l’a
abandonné au bord d’une route. Et un jour, le chien affamé et affaibli est
venu au garage de mon frère (mon frère était garagiste). Et comme il a bon
coeur, il l’a nourri et vous connaissez la suite de l’histoire : depuis ce
jour là, mon frère avait un chien !

Boze est le genre de chien dont on se méfie : ” Attention, chien méchant ! “.
Maintenant qu’il mange bien, il est grand, fort et à l’air menaçant. La
plupart des gens qui ne le connaissent pas marchent le plus loin possible
de lui. C’est vrai que d’après l’Encyclopédie Britannique,

” Depuis le moyen âge et jusqu’au début du 20ème siècle, le Rottweiller était le chien de garde des bouchers. En allant au marché, ceux-ci attachaient à son cou une bourse contenant tout leur argent. “.

Mais en fait, c’est un gentil chien : quand quelqu’un vient, il l’accueille
en le regardant passer tranquillement, la langue pendante et dégoulinante
de bave ou au pire, il l’accueille avec une indifférence flagrante.

Mais avec les autres chiens, c’est une autre histoire ! Il aime la bagarre
et s’ils entrent dans son territoire, on se croirait dans une partie de
catch avec les aboiements en plus. Il n’est pas méchant, seulement il aime
la bagarre.

Un jour, mon frère aidait sa belle-mère à la ferme. Dans son pick-up, il
traversait tranquillement le pâturage en profitant du beau paysage, avec
Boze à l’arrière du véhicule. Tout à coup, les chiens du voisin sont
apparus et ont commencé à aboyer.

Personnellement, je crois qu’il y a une sorte de protocole entre les chiens
pour des situations comme celles-ci. L’animal dans le pick-up aboie et il
prend son air méchant ; les chiens par terre aboient et ils prennent leur
air méchant. Chacun a l’air d’un gros dur, mais personne n’est blessé.
C’est un bon arrangement, surtout s’il y a des femelles tout près qui
observent la scène.

Mais le problème, c’est que Boze aime la bagarre. Il a laissé tomber
l’arrangement et il a sauté au beau milieu des chiens éberlués. Charlie a
arrêté le pick-up, il l’a ouvert tout grand par derriere et a hurlé ” Dans le
camion tout de suite ! ”

Les chiens qui entouraient Boze ont considéré cela comme une réponse du
ciel : sans hésiter une seconde, ils ont sauté dans le camion, laissant un
Boze perplexe par terre et mon frère les bras ballants, se disant : ”
Qu’est-ce que je fais maintenant ?! ”

Vous vous demandez peut-être quelle application spirituelle je vais tirer
de cette anecdote. Laissez-moi une minute, je réfléchis !

Les Chrétiens Qui Ressemblent Boze

Non, en réalité, beaucoup trop de chrétiens cherchent toujours à éviter la
bagarre. Au lieu de gagner du terrain sur l’ennemi, ils passent leur temps
à éviter la difficulté et l’inconfort. Faire quelque chose pour Dieu
demande sacrifice, douleur et don de soi. Nous aimerions voir des
changements, mais le confort et la sécurité immédiate passent avant.

Saül, durant son règne sur Israël, obtenait des résultats mitigés. Par
contre, il avait un fils super. Jonathan se sentait humilié parce que les
Philistins, ennemis d’Israël, avaient planté au milieu du pays que Dieu
avait donné à son peuple, un poste avancé.

Il n’y avait pas beaucoup desoldats Philistins dans ce fortin, mais tout
le monde savait que si ontentait de l’attaquer, des renforts arriveraient
massivement et la contreoffensive serait impitoyable. Il valait mieux
laisser les choses comme elles étaient.

Jonathan savait que cet assaut rendrait sa vie plus compliquée, mais
l’honneur du Seigneur et le peuple du Seigneur lui importaient plus que sa
propre sécurité. Il a donc attaqué.

Alors pas de surprise, des temps difficiles ont commencé. Les hordes de
Philistins se pavanaient dans le pays comme les gagnants de la coupe du
monde, alors que le match n’avait même pas commencé. Quelques jours plus
tard, ce sont ces mêmes Philistins qui quittèrent le pays courant comme
s’ils voulaient gagner le 100 mètres aux Jeux Olympiques ! Le Seigneur a
utilisé Jonathan et celui qui portait l’armure pour remporter une grande
victoire.

Mais il a du commencer. Le Seigneur ne nous demande pas d’être agressifs et
méchants avec les autres. Ne soyons pas fiers et confiants dans nos propres
capacités. Mais à un moment précis, nous devons être agressifs pour faire
la volonté de Dieu, en livrant bataille à l’ennemi de notre âme.

Et nousdevons savoir compter sur Son aide. Jésus a parlé des signes qui suivront ceux qui croient. Ce sont les signes qui nous suivent et non pas l’inverse.

Ceux qui voient des prodiges, ce sont ceux qui agissent.

Une fois, j’ai écrit au sujet de notre force dans la faiblesseet je vous ai encourages à être comme le petit chat qui se cachait derrièremoi pendant la bataille. Mais il y a aussi un sens dans lequel nous sommes guerriers pour le Seigneur.

Il est en nous par son Esprit et nous combattons – non pas contre la chair et le sang. Nous combattons contre lediable et ses oeuvres. Nous chassons le péché de notre vie par Sa puissance.

Nous tendons la main aux gens qui souffrent, qui se meurent, et nous voyons
Dieu changer leur vie.

Ceux qui se cachent désirent de tout coeur une vie sans souci, mais en fait,
ils se débattent dans leur misère. Chaque petit bobo dérange leur sérénité
et devient la cause d’une crise.

Dieu nous a appelés à prendre ce monde pour son Fils Jésus. Soyons
agressifs (dans la foi) en faisant sa volonté.

Arrêtez d’aboyer et sautez du pick-up !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *