La fois où chanter faux m’a posé problème

Quand nous étions pasteurs au Texas, au début de notre ministère, nos jeunes adultes aimaient chanter et nous faisions souvent des réunions dans les maisons de retraite. Les personnes âgées aimaient les chants et rattrapaient le retard sur leur sieste pendant que je prêchais.

Pendant six ans et probablement plus de soixante-quinze réunions, j’ai toujours eu de l’aide. Mais un dimanche, je me suis retrouvé tout seul.
Ce jour-là est resté gravé dans ma mémoire.

Tous les pianistes étaient pris ailleurs et je me trouvais devant un petit groupe, essayant de ressembler à Chris Tomlin (avant qu’il ne devienne LE Christ Tomlin). Une vieille dame était assise juste devant moi et chantait faux. DE TOUT SON COEUR !

J’ai lutté pour garder la note, mais tandis qu’elle gazouillait avec ardeur, la note et moi-même avons complètement déraillé. Ça a été l’un de nos plus courts moments de chant. J’ai décidé que le message ne pourrait pas être pire que les chants. Je suis resté majoritairement sur les rails, en tout cas.

Les chansons préférées en maisons de retraite

En parlant des réunions chez les personnes âgées, il y avait un chant qu’elles aimaient beaucoup et que je détestais. « Compte tes bénédictions. Nomme les une par une. Cooooooooooooooompte tes bénédictions, etc. » Cette chanson me faisait penser à de l’aspirine et à du Synthol.

Enfin, jusqu’à ce que Dieu me parle un jour de l’importance de la reconnaissance. Je l’ai chanté sans le moindre problème avec les vieilles personnes depuis. Voilà comment cela s’est passé.

Je lisais le premier chapitre de l’épître aux Romains et j’étais scandalisé par tous les péchés décrits à la fin du chapitre. « Quels gens horribles ! »
Le Seigneur m’a dit : « Regarde le début de la liste. Regarde quel est le péché qui ouvre la porte à tous les autres. »

« Puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Se vantant d’être sages, ils sont devenus fous ; et ils ont changé la gloire du Dieu incorruptible… » (1:21-23).

Ils n’étaient pas reconnaissants ! Je crois vraiment que Dieu m’a montré que le manque de reconnaissance avait ouvert la porte à tous ces péchés que j’étais en train de condamner.

Manquer de reconnaissance ? J’ai fait cela… souvent ! Je suis bien meilleur pour râler et rappeler à Dieu qu’Il n’a pas encore répondu à ma prière actuelle. Cela ouvre la porte à ces autres attitudes et à ces autres actions qui sont de plus en plus affreuses au fur et à mesure que l’on avance dans les versets.
Je ferais mieux de me ressaisir.

Les premières choses d’abord.

La reconnaissance ne commence pas avec une liste de choses que Dieu a faites pour toi, même si cela viendra. Elle commence en se rappelant et en reconnaissant qui est Dieu et ce qu’Il est. « Puisque ayant connu Dieu, ils ne l’ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces… »

Le Psaume 100 le dit comme cela :
« Entrez dans ses portes avec des louanges, Dans ses parvis avec des cantiques ! Célébrez-le, bénissez son nom ! Car l’Éternel est bon ; sa bonté dure toujours, Et sa fidélité de génération en génération »

D’abord, tu Le remercies pour ce qu’Il est : « bon ! » « Sa bonté dure toujours ! » « Sa fidélité de génération en génération ! »

Merci Seigneur parce que tu ES bon.

Ton amour et Ta miséricorde ne cessent jamais. Tu seras fidèle et juste envers mes enfants et mes petits-enfants tout comme tu as été fidèle envers moi, mon père et son père.

Remercier Dieu est à l’opposé de ce que Eve a fait quand Satan l’a tentée. Au lieu d’être reconnaissante pour Son amour et Sa bonté envers elle, elle a accepté d’écouter les calomnies du diable envers Dieu.

« [Le serpent] dit à la femme : Dieu a-t-il réellement dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin ? » Le Menteur insinuait : « Comment un Dieu BON peut-il t’empêcher de goûter à cela ? »

Ensuite, il a remis en question l’honnêteté de Dieu et Ses motivations quand Eve lui a dit que Dieu les avait prévenus qu’ils mourraient s’ils mangeaient du fruit. « Vous ne mourrez point ; mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront, et que vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. »

Et Eve a mordu à l’hameçon comme un gros poisson-chat avalant tout rond un appétissant morceau de foie dissimulant un crochet acéré.

Et ensuite ?

Après L’avoir remercié pour qui Il est ? Eh bien (je le dis en marmonnant), je me suis surpris moi-même à chanter à plusieurs reprises « Compte tes bénédictions. » Mais ce n’est pas un effet de l’âge, je te l’assure !

C’est simplement vrai. Je fais de mon mieux pour le remercier pour Qui Il est ET pour ce qu’Il fait chaque jour pour moi. Quand je compte mes bénédictions, ma vie commence à chanter juste. Quand je boude à cause de ce que je n’ai pas… c’est la misère ! Quand je suis reconnaissant pour les millions de bénédictions qu’Il m’accorde… c’est la joie !

 

photo: Unsplash–Vidar Nordli-Mathisen

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *