Cette chanson stupide que j’ai dans la tête

Est-ce qu’il t’est déjà arrivé d’avoir une chanson dans la tête que même le fil dentaire n’arrive pas à extirper ? Il y a une chanson chrétienne qui parle de « l’envers » et qui me rend fou. Si je l’entends arriver dans ma musique, je la saute ou la zappe ou peu importe.

La chanson n’est pas mal, mais pour une raison ou une autre, elle s’était logée dans ma tête et je me réveillais la nuit avec cette musique qui jouait dans mon cerveau. Souvent, pendant la journée, je me rendais compte qu’elle était là, juste à la limite de mon subconscient. Et ça a duré des semaines !

C’était à hurler ! J’ai finalement demandé au Seigneur de l’enlever parce qu’elle me rendait fou. Elle a fini par partir, mais maintenant que je m’en suis rendu compte, elle risque bien de revenir.

Récemment, une idée intéressante a trotté dans ce grand espace vide qui se trouve dans mon crâne. Elle n’a pas été frustrante comme l’était la chanson. Elle m’a plutôt intrigué. Dieu me parlait de générosité.

Bon, je sais que j’en ai déjà parlé la semaine dernière, mais ça ne cesse de s’améliorer.

Voilà quelques points que j’ai noté à propos de la générosité :

1. Une personne généreuse tend à créer une culture de générosité autour d’elle. Ce mot a une racine proto-indo-européenne (quoi que cela puisse vouloir dire). La syllabe « gen » signifie « donner naissance, engendrer. » Quand j’ai lu cela, j’ai été tout excité. La personne qui est généreuse crée quelque chose, donne naissance à quelque chose autour d’elle – une culture de générosité. Elle influence et oriente sa famille vers la libéralité. Elle impacte ses collègues au travail, les amenant à parler avec générosité, gentiment, et à agir de la même façon.

2. La générosité et le sacrifice sont frères de sang. Il est rare de voir de la générosité sans voir un sacrifice derrière, quel qu’il soit. Cela peut être un sacrifice d’argent, un sacrifice de temps, un sacrifice de soi ou un sacrifice de louanges. Mais le sacrifice est intimement relié à la générosité. Si tu ne me crois pas, regarde à la généreuse croix de Jésus.

3. A l’origine, la générosité se référait à la noblesse. Si tu connais un peu l’Histoire, tu sais que les nobles n’étaient pas toujours très nobles, ni très généreux. Le sens du mot a évolué pour devenir celui que nous connaissons aujourd’hui. Je pense néanmoins qu’il y a quelque chose de noble dans la générosité.

4. La générosité découle de la gratitude. Parce que nous sommes les bénéficiaires du cœur généreux de Dieu, nous voulons passer le relai. Debbie Macomber a écrit : «  Quand la gratitude devient une habitude, la générosité semble suivre naturellement. »

La reconnaissance et la générosité sont des jumeaux siamois attachés par la hanche. Quand tu vois ce que Dieu a fait pour toi, quand tu penses à toutes Ses bontés, quand tu es proche de Son cœur, cela te pousse à partager cela avec d’autres qui n’ont pas les mêmes privilèges que toi.

Quand tu as l’impression que les choses te sont dues et que tu es en colère parce que tu n’as pas ce que tu penses mériter, tu es tout sauf généreux.

5. Une vie généreuse est une vie de louanges et de service. Nous avons un Dieu généreux. Soyons généreux avec notre louange et notre service pour Lui. « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. » (Jacques 1)

Comme notre « Dieu qui donne » nous prodigue Ses bénédictions, prodiguons nous-aussi nos louanges et notre service pour Lui. « Par Jésus, présentons sans cesse à Dieu notre louange comme sacrifice, c’est-à-dire l’offrande sortant de lèvres qui célèbrent son nom. N’oubliez pas de faire le bien et de vous entraider fraternellement, car ce sont de tels sacrifices qui plaisent à Dieu » (Hebreux. 13:15, 16 Français courant).

6. La générosité n’a pas pour but de contrôler. Quand nous parlons de générosité, nous ne parlons pas de créer une dépendance. Nous parlons de faire don de nous-mêmes pour aider les autres à se remettre sur pied. Parfois, notre générosité est tournée vers nous parce que nous aimons sentir que nous sommes nécessaires. Peut-être que ce n’est pas mal, je ne sais pas. Mais nous devons être sûr que nous le faisons pour la personne qui est dans le besoin et pas pour nous-mêmes.

Pense à une maman poule qui couvre ses enfants de choses, qui les protège et qui ne les laisse pas vivre leur vie. Cette maman est généreuse envers ces enfants, mais c’est à cause de ce qu’elle reçoit en retour et pas nécessairement pour ce qu’ils reçoivent eux. Elle veut être aimée et désire qu’on ait besoin d’elle.

Que Dieu ait pitié de la fille qui épousera son fils ou de l’homme qui épousera sa fille. Ils ne seront jamais assez bons et n’en feront jamais assez. Maman sera toujours là.

Nous devons être certains que notre générosité est pour les gens qui en ont besoin et pas pour nous-mêmes.

7. La générosité n’attend pas d’être payée en retour.

Alors, voilà les devoirs à faire à la maison (cette phrase n’envoie-t-elle pas des frissons tout le long de ta colonne vertébrale ? Tu te souviens quand le prof la disait ? Eh bien fais semblant de l’aimer parce qu’elle va t’aider à être la personne que tu voudrais être dans le Seigneur).

Si j’étais vraiment une personne généreuse, à quoi cela ressemblerait-il ? Comment vivrais-je suite à cette générosité ? Fais une liste de cinq ou dix choses qui bouillonnent hors de ton cœur généreux. Peux-tu en mettre quelques-unes en pratique ?
 

DigiPD/pixabay.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *