AVOIR FAIM DE DIEU

Avez-vous faim?

« Jésus étant né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode, voici des mages d’Orient arrivèrent à Jérusalem, et dirent: Où est le roi des Juifs qui vient de naître? car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l’adorer. » (Matt. 2 :1, 2 NLT) 

Donc, ces gars étranges arrivent et Hérode s’inquiète aussitôt de la naissance d’un roi rival, le Christ. Il les a évidemment pris au sérieux à cause de la croyance juive et il avait une idée de ce que tout cela signifiait. Il a réuni les sacrificateurs et scribes versés dans la Loi. Il leur a posé cette question : « Où le Christ doit-Il naître ? » 

Les mains se sont levées dans toute la salle. « Bethléem ! » a crié quelqu’un, le visage rayonnant de fierté à l’idée de s’être distingué devant tous ses collègues. Il a même probablement cité le verset. 

« Bethléem… » a répété Hérode, les yeux plissés. 

Arrête le film ! Attends ! Je voudrais poser une question. 

Voilà réunis les chefs du peuple de Dieu. Des hommes étranges ont parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour chercher le Messie d’Israël. Ils parlent d’une étoile ou un truc comme ça. Hérode pose la question : « Où doit-il naître ? » Tout le monde connaît la réponse. C’est du niveau maternelle pour eux, ça. Ils le savent tous. 

Et ensuite ? Qu’est-ce qu’on mange ce midi ? 

Ensuite, ils sont retournés chez eux ? Retournés chez eux ! 

Aucun de ces chefs religieux n’avait assez faim de Dieu, n’attendait suffisamment le Messie, pour faire le petit voyage jusqu’à Bethléem et aller voir ce qu’il en était ? 

« Oh, David, tu sais, nous avons ces « alertes Messie » tout le temps. Pas de quoi en faire un plat. Il faut être réaliste. Il viendra en Son temps. En plus, tu as vu comment ces hommes « sages » sont habillés ? Bizarre. Je me demande ce qu’on mange ce midi ? » 

Ai-je faim ou suis endormi ?

Une question pour David, assis devant son ordinateur, en train de taper ces mots : « Y serais-tu allé ? » Et toi ? Y serais-tu allé ? 

Ai-je faim de Dieu ? Ces juifs étaient tellement pleins de connaissances de la Bible que ça débordait par leurs oreilles. Mais aucun d’eux n’a eu assez de discernement pour réaliser que, enfin, c’était le moment. Le Messie était venu. 

Toute leur intelligence n’a pas suffi à faire comprendre à leur cœur que quelque chose avait changé. 

Mais les cœurs affamés ont continué leur voyage. Les spécialistes spéculent à propos de ces « sages, » « mages, » ou peu importe. Étaient-ils astrologues ? Qui sait ? Amusant de voir où l’on trouve des cœurs affamés, n’est-ce pas ? 

Ils avaient probablement entendu parler du Messie grâce à des traditions remontant à l’époque de la captivité des juifs à Babylone, des centaines d’années auparavant. Ils avaient peut-être lu la prophétie de Daniel à propos du Roi qui devait venir. 

Le voyage de Babylone jusqu’à Jérusalem faisait 800km à vol d’oiseau. En suivant la route principale, il fallait faire près de 1500 kilomètres (c’était la route prise par les armées). Le voyage de Jérusalem à Bethléem faisait environ 10 kilomètres. 

Ces hommes étranges ont marché (ou chevauché leurs chameaux) pendant des centaines de kilomètres (plus dix) pour trouver le Messie. Et les chefs du peuple de Dieu n’ont même pas fait dix kilomètres pour vérifier ? 

Voilà une vérité : il est plus facile de dire « non » et de rentrer à la maison, de retrouver le statu quo, que de prendre le temps de voir si c’est vrai. 

Les responsables doivent être prudent lorsque des gens clament avoir reçu la dernière révélation de Dieu. Nous en avons suffisamment fait l’expérience pour savoir que ce n’est pas toujours le cas. Mais parfois, ça l’est. 

Quand tu vérifies que quelque chose vient bien de Dieu, ne te précipite pas comme un poisson affamé à la recherche d’un ver. Nage un peu autour pour voir s’il n’y a pas d’hameçon. Vérifie que le ver n’est pas attaché à un fil, etc. 

Est-ce que ça honore Dieu ? Est-ce que ça attire des gens vers Jésus pour recevoir aide et salut ? Est-ce que ça aide des gens à être délivrés du péché et à vivre une vie sainte ? BEAUCOUP de ce qui passe pour être de Dieu n’est que bruit et paillette, alors sois prudent. Observe les fruits. 

Mais quoi qu’il en soit, va voir avec un cœPasteurs, si vous perdez votre faim de Dieu, il en sera de même pour les gens dont vous êtes responsables. ur affamé.

Connaître Dieu. 

Une fois, en France, j’ai reçu quatre invitations différentes à une réunion qui avait pour but « d’aider les gens à vivre quelque chose de nouveau avec Dieu. » 

Quand j’y suis allé, il y a eu énormément de discussions sur les manifestations. J’ai vu et entendu beaucoup de choses étranges et, honnêtement, je pense que ces gens aimaient le Seigneur. Mais je ne suis pas certain d’avoir entendu le nom de Jésus être prononcé ne serait-ce qu’une fois au cours de l’enseignement. Des « manifestations », ça oui, plein. Mais Jésus ? 

Je me demande s’il existe une chose plus importante qu’un cœur qui veut connaître Dieu au travers de Son Fils. La connaissance de la Bible sans expériences ne te permettra pas d’y arriver. Une recherche de frissons spirituels ne te permettra pas d’y arriver. Mais avoir faim et soif du Dieu vivant te le permet toujours, surtout quand ta recherche de Dieu est basée sur Sa Parole et la prière. 

Nous cherchons Dieu, pas uniquement des émotions, des expériences ou une doctrine. Nous voulons plus de Jésus. 

Image by Franck Barske from Pixabay 

__________________________________________________

Hmmm … 

« Le deuil ne prend jamais fin, mais il change. C’est un passage, pas un endroit où rester. Le deuil n’est ni un signe de faiblesse, ni un manque de foi… C’est le prix de l’amour. » (source inconnue).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *