Hummm, ce n’est pas comme ça que je voyais les choses.

Parfois, vouloir bien faire les choses cause plus de problèmes à court terme que de laisser les choses là où elles en étaient. En fait, c’est presque systématiquement le cas.

Est-ce que je suis en train de parler à quelqu’un qui a rassemblé son courage et qui a fait ce qu’il devait faire – mais les choses n’ont pas l’air de s’arranger pour le moment ? Ce n’est pas comme ça que tu avais prévu que ça se passe. Laisse-moi t’encourager.

Viens avec moi à une époque où les voisins d’Israël, les Philistins, les dominaient. Les méchants avaient construit une forteresse non loin du quartier général du premier roi d’Israël, Saül. Il n’y avait pas beaucoup de soldats dedans, mais tout le monde savait que si Israël attaquait cette petite forteresse, toute la puissance des Philistins risquait de leur tomber dessus avec la force d’un ours.

Quelqu’un a fini par agir

Le fils courageux de Saül, Jonathan, a pris mille hommes avec lui et a balayé ce petit poste avancé. Il en avait assez de voir leur ennemi leur faire mordre la poussière. C’était l’héritage que Dieu avait donné à Son peuple et leur ennemi s’y installait.

Son action a causé une réponse massive de la part des Philistins. Les pom-pom girls d’Israël l’ont acclamé, mais quand elles ont vu la contre-attaque, elles se sont cachées partout où elles pouvaient trouver un trou dans lequel disparaître.

Ne pas se laisser faire leur semblait être une bonne idée jusqu’à ce qu’elles voient l’ennemi qui se dressait devant elles.

As-tu déjà été fatigué de voir quelqu’un te bousculer et se dresser contre toi ? Et ça ne s’est pas terminé de la même façon qu’à la télévisions ? Tu avais de petits problèmes auparavant, et maintenant tu as de plus gros problèmes.

Si seulement tu avais laissé les choses suivre leur cours.

Un grand tremblement s’annonce

Six cents hommes mal équipés faisaient face à une armée de plusieurs milliers. Pour le coup, c’étaient les soldats de Saül et Jonathant qui tremblaient en imaginant leur tête décorer le mur de la cité des Philistins.

Que faire ?

Saül et 597 soldats tremblaient dans leur campement, mais deux gars sont partis sans rien dire – Jonathan et celui qui portait ses armes.

Quand nous cherchons à résoudre un problème et que nous prenons Dieu en compte, la réponse vient souvent sous la forme d’une idée. Elle a peut-être l’air un peu folle, mais en ajoutant Dieu à l’équation, comme Jonathan l’a fait, le résultat peut-être follement bon.

« Jonathan dit au jeune homme qui portait ses armes : Viens, et poussons jusqu’au poste de ces incirconcis. Peut-être l’Éternel agira-t-il pour nous, car rien n’empêche l’Éternel de sauver au moyen d’un petit nombre comme d’un grand nombre.
« Celui qui portait ses armes lui répondit : Fais tout ce que tu as dans le cœur, n’écoute que ton sentiment, me voici avec toi prêt à te suivre » (1 Samuel 14:6-7).

Deux guerriers un peu fous, unis par le cœur et unis par l’amour du Seigneur, sont réellement terrifiants pour le diable. Ils ont attaqué une petite partie de l’armée et ont remporté une victoire étonnante.

Tant de choses dans une bataille dépendent de facteurs spirituels et psychologiques. Soudain, la peur s’est répandue dans toute l’armée des Philistins comme des ronds dans l’eau.

Parier sa vie sur un « Peut-être »

« Commencer » démontre la foi. Jonathan a dit « Peut-être l’Éternel agira-t-il pour nous, car rien n’empêche l’Éternel de sauver au moyen d’un petit nombre comme d’un grand nombre. »

« Peut-être ? » Cela semble être un pauvre indicateur de sa foi. Est-ce qu’il existe même un « peut-être » sur l’échelle de la foi ?

Souvent.

Jonathan et celui qui portait ses armes ont risqué leur vie sur ce « peut-être. » C’est faire preuve de davantage de foi que nombre d’entre nous qui disons les bons mots mais ne faisons rien et ne risquons rien.

Nous voulons une indication claire, une voix qui vient du ciel en coups de tonnerre et qui dit : « Vas là-bas… Fais ceci… Fais cela. » Ensuite, tout se résumerait alors à une question d’obéissance ou de désobéissance. Mais Dieu ajoute le problème d’entendre et de comprendre. Cela touche donc à qui nous sommes et à quel point nous entendons Dieu. Nous devons nous approcher de Lui pour entendre.

Un cœur préparé entend. Nous préparons notre cœur en connaissant la Parole de Dieu, en connaissant Dieu, en étant sensible à Son esprit et en réglant le bouton de l’obéissance constamment sur « oui » avant même de connaître la question (cela demande un peu de temps pour en arriver à ce point-là).

Parfois, nous devons avoir confiance en notre propre capacité à entendre la voix de Dieu. Cela vient à travers l’expérience, mais nous gagnons en expérience en nous lançant.

« Est-ce que j’ai vraiment entendu Dieu ? »

Bon, si les pompiers sont obligés de venir à ton secours cinq fois d’affilé, je dirais qu’il est probable que tu ne L’ais pas réellement entendu. Travaille ton écoute. Mais souvent, quand nous sautons, cela vient bien de Dieu et cette expérience nous donne le courage de sauter à nouveau. Ce n’est jamais facile. Il est vrai que parfois, la voix qui vient du ciel en coups de tonnerre dirige notre âme, mais c’est plus souvent « le murmure doux et léger » qui nous pousse, nous tire, nous conduit.

Cherche le conseil de quelqu’un qui marche réellement avec Dieu. Souvent, les gens qui sont réellement sages en Dieu ne te diront pas quoi faire, mais te poseront des questions et te présenteront les deux point de vue pour t’aider à y voir plus clair. Dieu place des gens qui ont une autorité spirituelle dans ta vie, qui peuvent souvent t’aider à trouver le chemin qui te permet d’avancer.

Ce n’est pas : « Voilà ce que dit le Seigneur, fais ceci ou cela », mais plutôt une sagesse qui vient du Seigneur pour t’aider à trouver la direction de Dieu dans ta vie.

Et parfois, tu n’as qu’un « peut-être Dieu… » céleste pour te lancer. Comment y réponds-tu ?

Hmmm …

« Pardonner n’est pas excuser… Pardonner, c’est aller de l’avant sans penser davantage à l’offense. Tu n’excuses pas, n’approuves pas, n’embrasses pas. Tu fais passer tes pensées au sujet de la personne à travers le ciel. Dans Romains 12:19, Dieu dit : « Je m’en occupe ! » Laisse-Le faire ! Max Lucado

Sourire

Une étude scientifique récente montre que sur 2 293 618 367 personnes, 94 % sont trop paresseuses pour lire réellement ce nombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *