« Hé Dieu, je Te fais une faveur ! »

Phyllis et moi sommes devenus le couple pastoral d’une petite église de campagne dans l’Arkansas la semaine de mes vingt-deux ans.

Il me restait encore un semestre à faire à l’université et nous faisions trois cents kilomètres chaque week-end.

Ensuite, nous avons servi comme assistants du pasteur dans mon église de Nashville, Arkansas.

Quand j’ai atteint l’âge de vingt-cinq ans, nous avons exercé le ministère au Texas et j’étais près pour l’ordination, qui est le troisième et dernier pas pour être reconnu pasteur dans notre mouvement.

Je n’oublierai jamais la soirée de l’ordination. A la fin, un des responsables a placé ses mains sur ma tête, alors que j’étais à genoux, en train de prier. Je ne m’attendais à rien de spécial, mais je l’ai eu quand même.

Tu vois, j’étais plutôt abattu en me rendant à cette réunion. Être le pasteur d’une église semble facile à ceux qui ne l’ont jamais été. Je suis d’accord. C’est à peu près aussi facile que de piloter un Boeing 767 dans une tempête. J’aime que les gens m’aiment et soient contents de moi, mais même dans de petites églises, il y a toujours quelques personnes qui ne seraient pas satisfaites si le Seigneur Jésus Lui-même était le pasteur de leur église.

J’ai dit à ma femme à plusieurs reprises : « Je suis content de n’avoir affaire à cette personne qu’à l’église. Son conjoint a affaire à elle tout le temps et ça ne doit pas être une partie de plaisir. » Il y avait aussi les maris qui étaient en colère contre leur femme, mais qui avaient trop peur pour s’en prendre à elle, alors ils s’en prenaient au pasteur. Continue reading “« Hé Dieu, je Te fais une faveur ! »”

Est-ce que tu loues Dieu ou est-ce que tu Le manipules ?

« Oh, chérie, tu es ravissante dans cette robe ! Je suis vraiment chanceux de t’avoir trouvée ! »

« Oh papa, » dit ta petite fille de six ans en s’asseyant sur tes genoux et en te faisant un gros câlin, « tu es un papa merveilleux. J’ai tellement de chance d’avoir un papa comme toi. »

« Hé patron. Ouah ! C’était vraiment une belle manœuvre que vous avez faite là. Ça nous a fait gagner plein d’argent. Vous êtes le meilleur. »

Maintenant, dans ta grande sagesse, dis-moi quelle est la réponse à ces déclarations.

« Qu’est-ce que tu as à me demander ? »

Toutes ces louanges pourraient bien cacher d’autres motivations.

Quand j’ai commencé à prêcher et à enseigner, certains livres étaient populaires. Leur thème était : « Loue Dieu pour toutes tes circonstances. » Tu as perdu ton travail ? Loue Dieu pour cela. Tu es malade du cancer ? Loue Dieu. Ton chat est mort ? Loue Dieu pour cela.

C’était souvent suivi d’exemples de gens qui avaient loué Dieu lors de mauvaises circonstances, et voilà qu’il y avait un miracle et ils étaient guéris du cancer, ou ils obtenaient un meilleur travail, ou leur chat… bon, je suppose que leur chat restait probablement mort.

Mais tu vois ce que je veux dire.

Louer pour obtenir ce qu’on veut ? Continue reading “Est-ce que tu loues Dieu ou est-ce que tu Le manipules ?”

Es-tu un mort vivant ? Ou peut-être un vivant boiteux ?

Quand j’étais à Créteil, j’ai décidé de parler des zombies dans un message. Je ne me souviens plus vraiment des applications spirituelles. Tout ce dont je me rappelle, c’est des zombies. Donc, pour être vraiment cool, j’avais cherché une vidéo rigolote sur youtube à propos des zombies.

Mais les zombies ne sont pas rigolos, tu le savais ? Je l’ai découvert. Ils sont macabres, effrayants et bizarres. J’ai réalisé que, si je montrais l’une de ces vidéos, les dames pourraient bien me transformer en zombie.

Mais tu sais quoi ? J’ai trouvé quelque chose dans la Bible qui ressemble très fort à un zombie.

Tu te souviens du passage où Jésus a ressuscité Lazare des morts et où l’ancien cadavre est sorti du tombeau ? Il était encore tout emmailloté.

Si j’avais été présent, je crois que j’aurais été partagé entre louer le Seigneur Jésus et m’enfuir plus vite qu’un lapin sous stéroïde.

Lazare n’était pas un zombie, cela-dit. Il était à nouveau tout à fait vivant. Il avait simplement besoin de se débarrasser de ces bandes qui l’enveloppaient. Une fois qu’il a remis son tee-shirt et son jeans, il est redevenu un gars ordinaire qui avait été mort.

Les zombies chrétiens Continue reading “Es-tu un mort vivant ? Ou peut-être un vivant boiteux ?”

Peut-on s’embrasser à l’église ?

 

Donc, selon toi, Dieu est-il davantage comme ta grand-mère préférée ou comme ton prof de maths de terminale ?

La réponse est « oui. »

Il y a des moments, quand je lis la Bible, où je pense : « Je ne pourrai jamais atteindre cette vie-là. » Voilà mon prof de maths de terminale. Il faudrait déjà que je me réveille pour apprendre quelque chose dans cette classe. Imagine un peu !

A d’autres moments, je pense : « Dieu me rappelle Mami Deloney. » C’est doux et bon. Ce qu’il y a de bien avec les grand-mères, c’est qu’elles menacent plus qu’elles ne mettent la fessée. Et elles font des câlins et des cookies. Souvent, quand je lis la Bible, je vois Dieu comme cela.

Quand nous essayons de présenter seulement une facette de Dieu, nous nous retrouvons avec une image faussée. Nous sommes comme des fourmis qui essaieraient de décrire une baleine bleue. Nous ne pouvons pas tout voir sans un drone… ou sans l’aide d’autres personnes qui ont un point de vue différent.

(Je ne parle pas de mettre toutes les religions ensemble et d’en faire une moyenne. Ce serait comme de jeter un lion, un éléphant, un requin et une souris dans un puits avant d’essayer de décrire « l’animal. » Ce n’est pas la même chose. Je parle de voir Dieu tel qu’Il est décrit dans la Bible. »

Donc, si nous regardons de près, nous voyons des caractéristiques différentes de Dieu.

Dans l’eglise meme !

Voilà une partie de ce que Dieu est : « La bonté et la fidélité se rencontrent, La justice et la paix s’embrassent » (Psaumes 85:10-11). Continue reading “Peut-on s’embrasser à l’église ?”

Vous ne voulez rien ? Comment !

 

L’acteur Antonio Banderas a dit : « L’homme qui ne veut rien est invincible. » David Porter dit : « L’homme qui ne veut rien est mort. »

David P. ajoute : « Si tu ne veux rien, c’est qu’il y a peut-être quelque chose qui ne va pas dans ton cœur. » Tout cela n’a pas l’air très spirituel, n’est-ce pas ? Rien vouloir …

Dieu veut que tu veuilles. Il a mis au défi le fameux roi Achaz de demander le signe qu’il voudrait et Achaz a décliné l’offre pour une raison qui paraissait très spirituelle : « Achaz répondit : Je ne demanderai rien, je ne tenterai pas l’Éternel » (Esaïe 7:12).

L’Éternel s’est mis en colère contre ce roi au cœur endurci. Il voulait montrer Sa gloire et Sa puissance et Achaz ne voulait même pas demander. Si Dieu s’était manifesté, cela aurait perturbé son style de vie centré sur lui-même.

Un homme aveugle de Jéricho savait ce qu’il voulait, lui, et il n’a pas eu peur de demander. Les cris  de Bartimée ont arrêté Jésus. L’homme a chancelé jusqu’à Jésus et le Seigneur lui a demandé : « Que veux-tu que je te fasse ? » (Marc 10:51).

« J’ai une requête que je n’ose pas prononcer, Monsieur. »

Est-ce ce qu’il a répondu ? Pas du tout ! L’homme aveugle savait ce qu’il voulait et il était prêt à crier comme un fou, à affronter les reproches de ceux qui l’entouraient et à se rompre le cou pour demander quelque chose qui avait l’air insensé.

« Rabbouni, que je recouvre la vue. » Continue reading “Vous ne voulez rien ? Comment !”

Le cœur du réveil personnel

 

La définition de « réveillé » change selon la situation.

« L’éveil en cours de français » : tu as les yeux grands ouverts, mais l’esprit est ailleurs, en train d’explorer de nouveaux mondes pendant que le professeur bourdonne en arrière-plan.

« L’éveil pendant le message d’une heure et cinq minutes » te trouve en train d’espérer, parfaitement consciemment et contre tout espoir, que le pasteur va enfin arrêter de dire « Pour finir… » et s’arrêter pour de bon. Ton mari a abandonné il y a environ quinze minutes et ronfle tranquillement sur la chaise d’à côté.

« L’éveil pendant le match OM-PSG » est une catégorie à part. Ton équipe est menée trois buts à deux à trente-cinq secondes de la fin du match. Non seulement tu es réveillé, mais tu ne seras pas capable de dormir de toute la nuit à cause du stress.

Vous, mesdames, ne saisissez peut-être pas précisément ce dont il s’agit. Comparez cela à la fois où, à minuit, votre fille de seize ans n’était toujours pas rentrée alors qu’elle était censée être à la maison depuis une heure. Vous êtes réveillée ! (Et elle va être réveillée aussi quand elle finira par se montrer !)

Je me suis déjà surpris à être en « éveil de cours de français » dans la présence de Dieu. C’est reposant. Tes yeux sont ouverts et tout va bien tant qu’Il ne te pose pas de questions qui nécessiteraient un peu d’attention. Ce serait plus simple de poser la tête sur le bureau et de ronfler sérieusement, mais tu ne t’en sortirais probablement pas aussi bien. Continue reading “Le cœur du réveil personnel”

L’étrange clé qui ouvre la porte du Royaume

Je vais faire un petit sondage. Vous pouvez répondre en levant la main. Combien d’entre vous ont un jour désiré être pauvre ?

Pas moi. Je n’ai jamais voulu être pauvre, laid, au chômage ou un supporter des Philadelphia Eagles, des Washington Redskins ou des New York Giants (equipes de football americaines).

Jusqu’à ce que, un matin, je lise : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! » (Matthieu 5:2). (Pour autant, je ne veux toujours pas être supporter des Eagles, des Redskins ou des Giants).

Le mot grec utilisé ici pour « pauvre » est le même mot que celui utilisé pour désigner un mendiant. Remarque bien que Jésus n’a pas dit que ceux qui n’avaient pas d’argent sur leur compte en banque étaient bénis. Il y a des gens qui ont des millions et qui sont pauvres en esprit et d’autres qui n’ont pas vingt centimes et qui sont en faillite spirituelle.

Il y a une grande différence entre la faillite et la pauvreté quand il s’agit des bénédictions de Dieu. Une de ces deux attitudes garde la porte du royaume céleste fermée à double tour alors que l’autre l’ouvre en grand.

Une personne qui est pauvre en esprit ne se sens pas lésée. Elle n’est pas constamment en train de bouder parce que le monde entier lui doit quelque chose et ne veut pas la payer.

Une personne pauvre en esprit sait que, sans l’aide de Dieu, elle est fichue… mais elle compte sur l’aide de Dieu. Ce n’est pas simplement se sentir impuissant, c’est se sentir assez confiant pour savoir que Dieu est de notre côté et aller de l’avant en comptant sur l’aide qui vient d’en Haut. Continue reading “L’étrange clé qui ouvre la porte du Royaume”

The Power of Two

So, I was going to amaze you with a story of mules. You know the one about one mule pulling 6000 pounds, but link him with another strong mule and they can pull, not just 12,000 pounds but 18,000 pounds?

Just before amazing you by comparing you to a mule, I decided to verify my facts on Internet, because everyone knows that Internet always tells the truth.

It seems my story about mules was probably about horses, Belgian horses. And it seems my story about Belgian horses pulling much more together was, “Bah! Humbug!” According to the Internet horsy experts, my mule story probably isn’t true, even if the mules were horses.

After that, a normal person would hang them up and say, “See you next week.” I’ve seldom been accused of being a normal person, though.

I have a theory and even though I have no mules to back it up. Here it is: In a relationship between two human beings, who work together in love and appreciation, their abilities aren’t simply added one to the other. They are multiplied.

Two Or Three Get It Done

Two Christians praying together find the power of their prayers multiplied. God visits them in a special way. “But, David,” you whimper, “I thought God was everywhere.” He is everywhere, but He’s not everywhere the same way.

He’s in the bar, the disco, the prison, the school, but He’s not there the way He is when at least two or three of His people get together. Continue reading “The Power of Two”

Trouver un sens à l’histoire de ta vie

 

A une époque, j’ai travaillé pour le journal d’une petite ville. La célébration d’un centenaire quelconque approchait et l’éditeur m’a demandé d’écrire des articles sur l’histoire de la petite ville à coté où j’étais allé à l’école.

J’ai interviewé un vieux type qui voulait me montrer un champ, près de la ville, où des bandits étaient censés avoir enterré leur butin. Personne ne l’avait jamais trouvé. Mais en chemin, il a pointé un pin proche de la route, qui était plié selon un angle bizarre.

Il m’a raconté que, dans sa jeunesse, les enfants pliaient l’arbre et s’y accrochaient pour être projeté dans les airs quand les autres lâchaient. Ils l’ont tellement fait que l’arbre est resté penché et n’a plus jamais poussé droit.

Il n’y a pas que les arbres qui se retrouvent courbés par les circonstances. Ca arrive aux hommes et femmes aussi.

Parfois, « des choses arrivent » dans la vie et ces choses affectent notre qualité de vie, parfois même le cœur même de ce que nous sommes. Des choses arrivent – de bonnes choses et de mauvaises choses – et te changent, te propulsent dans des accomplissements dont tu n’aurais jamais rêvé ou te détruisent.

La vie est bizarre. Parfois, de bonnes choses ruinent ta vie. Demande aux gens qui ont gagné à la loterie. Et, parfois, les choses difficiles te transforment en la personne que tu rêvais d’être – demande aux gars du GIGN ou du RAID.

Abattu ou lancé ?

Nos actions et nos réactions déterminent si ces « choses » nous construisent ou nous tuent. Continue reading “Trouver un sens à l’histoire de ta vie”

Après quoi cours-tu ?

Un de mes amis jouait au football américain pour l’Université Northwestern, dans les années cinquante. Il m’a raconté un jour qu’il avait joué contre l’un des meilleurs joueurs du pays, qui venait de l’Illinois, je crois.

« L’as-tu plaqué ? » ai-je demandé.

« Non, mais j’aurais bien aimé, » m’a-t-il répondu. « Seulement, je n’arrivais pas à l’attraper. »

Cela me fait un peu penser à moi, quand j’essayais d’obéir à la parole de Dieu : « La voie du méchant est en horreur à l’Éternel, Mais il aime celui qui poursuit la justice » (Proverbes 15:9).

Voilà ce que je ressentais quand je poursuivais la justice, le fait d’être droit devant Dieu. Je la poursuivais, mais, la plupart du temps, je n’avais pas l’impression de réussir à l’attraper. Mais j’étais en bonne compagnie, parce que beaucoup de gens religieux étaient dans la même situation que moi.

« Que dirons-nous donc? Que les nations qui ne poursuivaient pas la justice, ont trouvé la justice, la justice qui est sur le principe de la foi. Mais Israël, poursuivant une loi de justice, n’est point parvenu à cette loi » (Romains 9 : 30,31 version Darby).

Héla, attends une minute ! Tu veux dire que Dieu a dit de poursuivre la justice, que certains l’ont fait et ne l’ont pas trouvée ? Oui et non.

Ces personnes qui n’ont pas réussi à attraper la justice « poursuivaient une loi de justice. » Elles ont essayé d’être bonnes devant Dieu, se sont déclarées elles-mêmes comme « pas trop mal, surtout comparé aux autres » et se sont imaginé qu’elles possédaient la justice qui leur permettrait d’entrer dans la vie éternelle. Continue reading “Après quoi cours-tu ?”